Si tous les radio-écouteurs voulaient bien se donner la main...

RX - SDR


 Kikilohertz.

SDRplay - RSP1

£114.95

1/- L'évolution des techniques va de plus en plus vite.
2/- Le matériel du radio-écouteur du 21éme siècle :
3/- contrôler les évolutions
4/- Rencontre avec le SDR:
5/- Rencontre avec le SDRplay RSP1
6/- Logiciels
7/- Vers une normalisation des matériels...
8/- Législation

                                                                                                                -ooOoo-

1/- L'extraordinaire évolution des techniques va de plus en plus vite.
   Depuis la galène qu'il fallait titiller avec un fil électrique pour capter une émission de radiodiffusion dans des écouteurs, beaucoup de procédés sont nés et ont pratiquement disparu.
   Les grosses lampes électroniques puis les petites avant le transistor, le circuit imprimé puis intégré, etc...
   L'analogique devenu le numérique qui devient de plus en plus rapide et envahissant. Ces techniques règlent nos activités de tous les jours sans que nous nous en rendions compte.
   L'U.E.F. s'est toujours intéressé à l'évolution des techniques nouvelles. Cette faculté nous a constamment différenciés des autres activités parallèles plus attachées à persévérer dans un train-train monotone.
   La plupart de ce qui fut nos membres étaient plus des voyeurs-collectionneurs que des curieux des techniques qui évoluent.
   Cela a été particulièrement évident à l'occasion des changements de techniques. La fin des radiocommunications maritimes en ondes courtes et BLU a été tout à fait caractéristiques à cet égard.
   Les passéistes attachés à pouvoir épier les radiocommunications privées qui passaient par la grande station mondiale Saint-Lys-radio argumentaient pour que l'on prive les marins de moyens de communication plus efficaces et plus discrets. Je me suis fait insulter concernant le refus de comprendre l'intérêt du remplacement des ondes courtes par des dispositifs moins sensibles aux perturbations de transmissions.
   La même sottise égoïste a fait refuser le remplacement des nageurs-estafettes par des rameurs et ainsi de suite.
   C'est ainsi qu'est rapidement mort le QSO des ports dont nous avions lancé l'idée avec un OM sévissant du côté de Nantes.
   On peut être passionné par l'évolution des techniques sans être soit même compétent et de conserver le souvenir des anciennes techniques désuètes tout en aimant les nouvelles.

   Le matériel mis à la disposition des amateurs curieux n'a pas cessé d'évoluer en suivant respectueusement les nouvelles techniques.
   Le numérique a remplacé l'analogique. Ce qui a bouleversé les anciennes pratiques. L'écoute curieuse et admirative des techniques de communication a semblablement évolué. Seuls, les passionnés des radiocommunications ont persévéré. Les voyeurs ont disparu. Personne ne les regrettera.
   L'ancien récepteur décamétrique qui divergeait à la chauffe nécessitait de dépenser des sommes élevées pour acquérir un récepteur plus stable.
   L'évolution extraordinaire dont nous sommes actuellement les témoins révolutionne les pratiques et fait baisser considérablement les coûts. L'informatique, la numérisation changent tout. Il faut tenter de faire en sorte que ces techniques nouvelles soient adaptées à des utilisateurs qui disposent d'ordinateurs, mais qui ne sont pas des spécialistes des techniques nouvelles qui elles sont de plus en plus complexes.
   Il est donc nécessaire que les appareils que devront utiliser les radio-écouteurs leurs soient adaptés.

2/- Le matériel du radio-écouteur du 21éme siècle :
   Le matériel actuel qui pourrait intéresser un passionné des radiocommunications n'a plus grand-chose à voir avec les matériels antérieurs.
   Les antennes de réceptions ont beaucoup moins évolué. Il est toujours obligatoire de pouvoir les installer dans des lieux propices. C'est à dire là ou elles pourront physiquement recueillir l'onde radioélectrique qui sera ensuite traitée par le récepteur qu'il soit électronique ou numérique. Sa forme et sa technologie seront en liaison directe avec les possibilités du lieu d'érection. À l'extérieur, généralement en un lieu élevé et éloigné des habitations.
   C'est l'antenne et sa bonne installation qui feront la qualité de la réception.
   La station réceptrice n'est plus un poste occupant un certain volume et comportant une quantité impressionnante de boutons plus ou moins utiles. La numérisation se contente d'une boîte équipée d'une entrée raccordée à l'antenne et une sortie connectée à un ordinateur.
   On peut trouver ce dispositif dans divers dispositifs.
   Les amateurs fortunés peuvent investir dans un matériel très performant. Le Perseus SDR réunit des qualités et performances très élevées.
En plus de représenter un coût élevé, sa couverture de réception couvre les fréquences entre 0,1 et 40 MHz.
   Nous vous présentons plus loin un matériel sensiblement moins performant qui permet un large choix de réceptions HF, VHF, UHF... beaucoup moins coûteux.

- Composition minimum :
- Une bonne réception est tributaire de la qualité de l'installation d'une ou des antenne/s. Aucun dispositif électronique ne peut remplacer une antenne bien placée.
>>>>>> La qualité des réceptions dépend essentiellement de la qualité de l'antenne et du lieu ou elle est installée. <<<<<<

- Un ordinateur moderne très performant. La numérisation-traitement des signaux radioélectriques nécessite un équipement moderne et rapide. Les opérations de calculs sont très élevées. Cette contrainte limite considérablement la réutilisation d'appareils plus anciens disposant d'une capacité d'activités limitées.

- Le SDR est présenté comme un récepteur à bas coût. Ce n'est pas complètement vrai puisque le SDR n'est pas un appareil complet.
   Pour être mis en oeuvre, il faut le connecter à un ordinateur. Cet appareil devra être performant donc peu économique.
   On considère que tout le monde dispose d'un ordinateur et que celui-ci peut être toujours utilisé par le SDR.
   Si on lui adjoint un ordinateur utilisé exclusivement et en permanence, l'ensemble représente un investissement plutôt élevé.
   Tout est relatif.

3/- Controler les évolutions :
   L'avènement de ces moyens nouveau pour les radio-écouteurs est la conséquence d'une réutilisation de dispositifs très modernes mise en oeuvre par des radioamateurs. Les activités satellitaires nécessitent l'utilisation d'appareils les plus performants sous un volume très limité.
   Il y a un certain choix d'appareils différents servi par des logiciels variés.

   Il serait beaucoup plus intéressant de motiver les recherches et les créations techniques qui en découlent. Des radioamateurs passionnés et qualifiés perpétuent les traditions en adaptant les nouvelles connaissances et en les diffusant. Les anciens OM ont exploré et diffusé les anciennes techniques quand elles étaient méconnues. L'OM du 21éme siècle n'est plus à proprement parler un précurseur. Il lui reste le champ immense des adaptations amateur des techniques de plus en plus complexes. C'est l'instinct du vulgarisateur et l'assouvissement d'une passion pour les techniques modernes. C'est également une judicieuse façon de les faire apprécier.

   Ce qui reste de la corporation radio-écouteurs représente un marché très étroit. Pour espérer pouvoir disposer d'appareils et de logiciels bien adaptés, il est impératif d'en normaliser l'avènement.
   Notre collectivité ne dispose d'aucun organisme représentatif, l'équipe résiduelle émanant de l'ancienne U.E.F. entreprend de tenter d'en réguler l'apparition du meilleur pour une dépense raisonnable.
   Les premières tentatives n'ont pas abouti et se sont vite arrêtées.
   C'est Jean-Noël Grez qui a découvert le SDRplay RSP1, dispositif qui présente les meilleures performances et facilités d'utilisations. Cet appareil est actuellement testé. Son aboutissement comparatif va nécessiter d'être patient. Mon QRA est actuellement en travaux.

4/- Rencontre avec le SDR:
   Pour juger de la pertinence d'un système, rien ne peut remplacer l'essai.
   J'ai donc acheté un FUNcube Dongle Pro.
   Ce poste récepteur est tout petit. Il se branche sur une entrée-sortie USB d'un ordinateur. Il nécessite des logiciels pour fonctionner. Il a une couverture de réception très importante avec cependant une partie du spectre de réception qui ne peut être captée.
   Il coûte environ 150 euros.
   L'essai n'a pas été beaucoup plus loin. Sa mise en oeuvre est beaucoup trop complexe pour intéresser des radio-écouteurs non techniciens.

5/- Rencontre avec le SDRplay RSP1:
   C'est Jean-Noël Grez qui m'a signalé l'existence de cette réalisation commerciale proposée en Grande-Bretagne.
   Son acquisition est très facile par internet. Son arrivée au QRA n'a demandé que quelques jours.
   Son installation est très rapide et ne demande aucune connaissance particulière.
   Le téléchargement des modes d'emploi est nettement plus long. Il comporte plusieurs parties, car l'appareil présente plusieurs facettes d'utilisations. Le tout est en langue anglaise.
   Sa couverture hertzienne est sans trou. Il dispose d'un très large choix de réglages que l'on peut mettre en oeuvre en fonction des conditions de réception.
   Toutes ces qualités le prédisposent favorablement à une utilisation par des non-techniciens pour recevoir les trafics les plus variés.

   Il faut cependant apporter toute son attention sur toutes les conditions techniques nécessaires pour sa bonne utilisation.
   L'excellent logiciel proposé avec est parfaitement adapté au futur utilisateur. Il ne pourra donner satisfaction que si l'ordinateur est performant.
   Les 64 bits sont impératifs. Si vous souhaitiez consacrer à la radio votre ancien ordinateur 32 bits, les logiciels disponibles ne fonctionneront pas.
   Si vous souhaitez utiliser un ordinateur récent 64 bis économique, vous risquez quelques déconvenues.
   Pour faire baisser les coûts, ces appareils sont équipés du minimum. Le disque dur ou ce qui en tient lieu va être très léger en stockage.
   La puissance électrique va manquer surtout si vous branchez un deuxième disque dur externe qui n'a pas d'alimentation indépendante pour compenser la petitesse de celui fourni avec l'appareil.
  Pour éviter ces contrariétés, il faudra avant tout achat voir si les conditions techniques sont conformes.

6/- Logiciels :
   Le logiciel fourni avec l'appareil est performant. Il est évolutif.
   Vous pouvez tenter de le faire fonctionner avec d'autres réalisations OM.
   Je suis en liaison avec F4gkr (http://www.f4gkr.org/) qui propose gratuitement un logiciel en français. Son logiciel GKSDR fonctionne sous 64 bits. Il propose une version 32 bits.
   Pour adapter ses deux logiciels aux divers appareils existants, on peut télécharger des drivers spécialisés. Il en propose un vers le SDRplay RSP1 seulement pour le logiciel version 64 bits. Le 32 bits est pour l'instant ignoré.
   Il interroge les visiteurs de son site pour connaître l'intérêt porté au 32 bits. Dans un premier temps, je me suis déclaré partisan de pouvoir disposer d'une possibilité d'obtenir un logiciel prévu pour ce modèle.
   Depuis, je me suis ravisé à cause du manque de performances insuffisantes de mes anciens ordinateurs 32 bits.

7/- Vers une normalisation des matériels...
   J'utilise pour les émissions utilitaires l'irremplaçable logiciel gratuit (ou presque) MultiPSK de F6cte. Celui-ci peut utiliser directement des récepteurs SDR. Ce n'est possible que pour Sottrock, Funcube, Clé RTL/SDR exclusivement.
   Il existe un nombre beaucoup plus important d'appareils susceptibles d'être connectés.
   Chaque réalisation utilise les technologies de son créateur. Elles sont systématiquement différentes entre les divers concepteurs.
   Dans un premier temps c'est inévitable compte tenu de la nouveauté. Cela donne un choix assez large et permet des comparaisons.
   Il un moment ou chaque ne peut être utilisé avec d'autres dispositifs complémentaires et inversement.
   On use une grande énergie pour un très faible résultat.
   Pour permettre la continuation d'activités créatives utiles à tous, le moment est arrivé de poser quelques normes techniques permettant une certaine adaptabilité entre les différents systèmes et logiciels proposés.
   Certaines associations représentatives françaises et étrangères sont toutes désignées pour réaliser cette amélioration.
   C'est ce que l'U.E.F. tente de faire pour les radio-écouteurs. Nous ne sommes pas pour l'instant une association sous la loi de 1901 (nous avons déjà donné).   Nous pouvons cependant encore rendre service avec notre site sur la toile (http://www.u-e-f.eu) et éventuellement une publication aléatoire gratuite.

8/- Législation :
   Seule l'écoute des bandes de la radiodiffusion, de la bande banalisée (CB) et celles des radioamateurs est autorisée.
   Cela veut dire que tout le reste est interdit. La possession et l'usage d'appareils qui permet de capter un large panorama des ondes hertziennes ne sont donc pas autorisés.
   Au temps de la radio analogique, il était difficile de coder les transmissions. La radio numérique est par elle même déjà un codage. Cette qualité met les radiocommunications à l'abri des voyeurs.
   Ce qui n'a pas supprimé l'usage des émissions analogiques cryptées pour des raisons de facilités. C'est le cas des Numbers stations (Stations de nombres) que l'on entend toujours en ondes courtes.
   Ces messages cryptés peuvent être captés par des récepteurs du commerce. Le cryptage est relativement facile à décrypter. Le temps nécessaire à y parvenir rend cette opération inutile. Le système est tellement facile qu'il est éternel.

Moralité : écoutez et soyez discret).

   Cette facilité est différente pour les écoutes publiques réalisées avec des récepteurs larges bandes disponibles et utilisables par n'importe qui sur l'internet. Elles manquent de discrétions.

www.sdrplay.com

FUNCUB-DONGLE PRO

Mise en action difficile par un amateur. On trouve beaucoup mieux pour moins chère ailleurs.

DX-PACROL CT1FFU

Récepteur très large bande DTS. De 100KHz à 2Ghz

Couverture sans trou de 100 KHz à 2 GHz SDR
Entrées indépendantes pour des antennes ondes courtes et VHF.
Connexion à une prise USB de l'ordinateur (mini USB).
Très haute dynamique.
Commutateur de bande pin-diode à faible bruit
Filtres à bandes précises et efficaces
Réception audio très propre
SMA connecteurs d'antenne d'or
Indication de puissance par LED
Oscillateur 40 MHz pour la conversion HF
Équilibre mélangeur à diode anneau de DBM
Logiciel Freeware
Jusqu'à 3.2 Taux d'échantillonnage M.
 

   Obtenez votre émetteur-récepteur RF complet de solutions dans une seule puce.

   Le DX Patrol coûte 79 euros sur le site internet de CT1FFU.

Colibri SDR Nano

 Racepteur SDR structure métalique coucerture générale de 0 à 500 MHz.
£239.95

ANAN 200d Emetteur-récepteur

100W All Mode SDR £3099.95

KiwiSDR kit

Interface SDR :  10khz-30MHz.  £279,95

Perseus

 

Blade RF

 

RTLSDR

 

Airspy

 

Transfox

 

 



 

samedi 27 mai 2017

©1995-2017 U.E.F.