TSF Internationale   - Nos archives -   TSF Numérique
  2009


-ooOoo-

Nos morts

  L'émetteur de signaux horaires HBG de Prangins (VD) cessera son activité fin 2011
Berne, 26.08.2009 - Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui que l'émetteur de signaux horaires HBG de Prangins (VD) cessera son activité fin 2011. L'émetteur est exploité par l'Office fédéral de métrologie (METAS), l'autorité de la confédération compétente en métrologie.
   Depuis 1966, l'émetteur HBG de Prangins (VD) diffuse, sur une fréquence de 75 kHz, des signaux horaires officiels qui sont raccordés au temps universel coordonné. Les informations horaires, parfaitement synchronisées avec une horloge atomique, peuvent être utilisées pour des horloges radiocommandées ou des appareils techniques. L`émetteur est en service 24h sur 24h et la diffusion des signaux horaires par HBG est un service public gratuit. Jusqu'en 1997, l'émetteur était sous la responsabilité de PTT, puis sous celle de Swisscom jusqu'en mai 2000. Depuis le 1er juin 2000, l'émetteur HBG relève de l'Office fédéral de métrologie METAS.
   A l'occasion des travaux d'entretien périodiques effectués sur l'installation émettrice, des signes de vieillissement tangibles ont été observés à plusieurs endroits sur les mâts des antennes. Il est ressorti d'expertises confiées à des spécialistes indépendants que, à moins de procéder à un assainissement complet, l'installation devrait être fermée car elle présentait des risques non négligeables.
   Maintenir l'exploitation de l'émetteur HBG de Prangins serait très onéreux : le signal horaire HBG est trop peu utilisé pour justifier les coûts élevés d'une révision, selon une étude réalisée par des experts extérieurs. La possibilité de développer les activités du site, de lui trouver une fonction annexe ou un éventuel repreneur a été examinée, sans succès. Le Conseil fédéral a donc décidé de fermer l'installation pranginoise à fin 2011.
   La décision d'arrêter l'émetteur a été prise assez tôt, pour laisser le temps aux utilisateurs d'adapter leurs horloges au signal de l'émetteur allemand DCF77, qui est capté en Suisse dans une qualité comparable à celle de l'émetteur suisse HBG. Les horloges des quelque 3600 utilisateurs institutionnels (horloges de clochers et horloges scolaires) peuvent être adaptés au signal de l'émetteur allemand avec un investissement acceptable. Outre ces utilisateurs institutionnels, il existe un marché d'appareils qui reçoivent les signaux HBG (réveils radiocommandés, récepteurs météorologiques). Beaucoup d'entre eux sont compatibles avec l'émetteur allemand DCF77 et pourront donc continuer à fonctionner parfaitement. La majorité des appareils mis sur le marché sont configurés uniquement pour l'émetteur allemand ; c'est le cas de presque toutes les montres-bracelets radiocommandées.
   L'heure officielle suisse continuera à être diffusée par METAS. Un serveur de temps, entre autres, est disponible sur internet (ntp.metas.ch), qui permet de synchroniser les horloges des ordinateurs avec l'échelle de temps suisse. METAS est chargé de la réalisation et de la diffusion des unités en Suisse, dont l'unité de temps, la seconde. Il a également pour tâche de réaliser l'heure officielle suisse et de la diffuser. METAS continuera à assurer l'exploitation de l'émetteur de Prangins (VD) jusqu'à fin 2011.

Nos morts

L'excellente revue "radio"
Mégahertz
ne paraîtra plus.

Bonjour à toutes et à tous.
 
Mégahertz est depuis longtemps LE journal de ceux qui aiment la radio.
   Depuis son numéro 1 jusqu’au dernier, cette publication aura apporté une énorme contribution informative à la radio.
   Journal de radioamateur qui s’est ouvert aux autres facettes pour devenir le mensuel incontournable des radioteux.
   Sa programmation a toujours été d’une scrupuleuse qualité.

   Les autres journaux traitant du sujet n’étaient pas des concurrents. Ils n’en avaient pas les moyens qualitatifs. Ils ont toutefois tenté d’utiliser tous les moyens pour attirer la clientèle.
   Mal leur en a pris, il ont accéléré l’envahissement du désert en amont et en aval.
   La France est riche en gueulards mais bien pauvre en rédacteurs qualifiés.
 
   Mégahertz aura résisté jusqu’à l’extrême aux copieurs-colleurs-phocopieurs-assassins.
   La page est tournée, qui ne se rouvrira pas.
 
   Un ami, aussi passionné de radio que moi, m’a sussuré au téléphone qu’il y avait un «flambeau à reprendre».
   Flambeau certainement. A reprendre ???
   Il eut mieux valu conserver l’original.
 
   L’U.E.F. et tous ceux qui aiment la radio sont en deuil.
   Une minute de silence hertzien.
...
   Silence peu troublé. Un «Y’avait qu’à» d’un incapable (1) qui se la ramène et une annonce sur deux groupes de nouvelles. La banalité mon cher OM.

lundi 03 décembre 2012